Trouble du jeu d'argent pathologique

Initialement considéré comme un trouble d’impulsivité, le trouble du jeu (communément appelé jeu pathologique, jeu compulsif ou "gambling") est maintenant compris comme une dépendance. En effet, les psychiatres et psychologues classifient ce trouble parmi les autres dépendances (p.ex., aux substances psychotropes). Ainsi, le jeu pathologique va au-delà d’une simple notion d’impulsivité.

Les conséquences négatives d’un trouble du jeu sont variées : problèmes légaux pour subvenir aux besoins financiers du joueur; conflits familiaux et avec les pairs; besoin incontrôlable de  jouer, pouvant causer des absences au travail ou à l’école; sentiments de détresse ou de désespoir liés aux pertes financières, pouvant mener jusqu’au suicide dans environ 17% des cas.

Les études scientifiques démontrent qu’il existe différents types de joueurs. En particulier, trois profils émergent de façon régulière :

-    les « joueurs conditionnés », qui n’ont pas d’historique de psycho-pathologie, développent des problèmes avec le jeu suite à des déformations cognitives (des erreurs de pensée) découlant des effets de conditionnement liés aux récompenses du jeu, plutôt qu’à une difficulté à se contrôler; 

-        les « joueurs émotionnellement vulnérables » ont un historique de problèmes affectifs (p. ex., anxiété, dépression, faible estime de soi). Ceux-ci découlent généralement d’événements possiblement traumatiques, tel qu’un abus physique ou psychologique, en plus d’une situation familiale ou environnementale stressante. Ces joueurs jouent principalement pour fuir leurs émotions trop difficiles à gérer;

-       les « joueurs biologiquement vulnérables » ont aussi une histoire de vie difficile. Cependant, ils démontrent aussi des problèmes de nature extériorisée, qui prennent la forme de conduites impulsives, délinquantes et antisociales. Ces caractéristiques sont centrales à leur personnalité. On remarque généralement chez ces joueurs un ensemble de comportements à risque indépendamment de leur pratique de jeu, tels que des problèmes légaux  ou une consommation excessive et variée de drogues psychotropes.

Par conséquent, la psychothérapie offerte devra prendre en considération les vulnérabilités particulières du joueur, en fonction de son profil d’appartenance. Par exemple, un joueur émotionnellement vulnérable travaillera sur ses capacités de gestion des émotions, alors qu’un joueur conditionné focalisera principalement sur ses pensées erronées à propos du jeu.

Malgré que cela soit illégal, les troubles du jeu se retrouvent aussi chez les adolescents. Par ailleurs, on retrouve deux fois plus d’adolescents aux prises avec un problème de jeu, comparativement aux adultes. La plupart des adultes avec un problème de jeu déclarent aussi avoir commencé en adolescence. Ainsi, il est important d’intervenir dès que des signes de comportement à risque surgissent.

Si vous, lecteur, reconnaissez vous-même vivre les conséquences d'un problème de jeu d'argent; si vous constatez que vous avez perdu le contrôle et que vous vivez une dépendance au jeu, vous avez ici l'opportunité d'agir sur ce problème.  Les services de nos psychologues et psychothérapeutes pourraient vous aider à reprendre le contrôle de votre vie.

Liste des professionnels traitant cette problématique:
(5 professionels)

Psychologues
Psychothérapeutes
  • Monique Doré, M.S.S. Travailleuse sociale, Thérapeute Conjugale et Familiale/Psychothérapeute, Membre de l'Ordre des Travailleurs Sociaux et des Thérapeutes Conjugaux et Familiaux du Québec (OTSTCFQ) Permis de l'Ordre des psychologues du Québec:numéro:60007-12
  • Stéphane Frigon, M. Sc Travail Social/Maitre en criminologie/psychothérapeute. Membre de la Société Québécoise des Psychothérapeutes Professionnels (S.Q.P.P). Membre de l'Ordre des Travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec.